Romaneche Thorins

, Romaneche Thorins

« Elle est là, toute seule dans sa maisonnette
où l’absence bée déjà. Elle est presque
sortie du cadre. Penchée sur un livre,
perchée sur ces années de garde-barrière
qui s’achèveront après¬demain.
Des milliers de sonneries,
de convois avalant le son et l’horizon dans
un mugissement, quadrillant une vie chorégraphiée
d’horaires et de gestes. Une chanson qui s’éteint.
Ce jour de juillet 1997, fin de chapitre,
le monde avait la tête ailleurs,
mais Bernardo Narea était là,
dans cette petite baraque de Romanèche-Thorins »
Alain Chabard revue:Bourgogne Magazine

 

tableau vendu

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.